jeudi 8 février 2018

Invasion de Koukous !!! (Doudou pingouin)



Il y a quelques temps, j'évoquais la passion de Petit Lutin pour les pingouins, et je vous avais promis de vous raconter toute l'histoire...

Quand Petit Lutin était bébé, comme la plupart de ses congénères, il se réveillait plusieurs fois la nuit. Toutes les mamans connaissent la chose... : 
Au désagrément d'être réveillées à moultes reprises, (ce qui met sérieusement en danger notre teint frais de rose au réveil), s'ajoute la problématique de réussir à rendormir le charmant Chérubin dans les meilleurs délais
Cela donne lieu à des bercements à l'infini, des prestations vocales plus ou moins réussies, des trésors d'imagination déployés, des essais avortés à surmonter avec courage...

Bref, cela faisait exactement six mois que je vivais pleinement cette situation, quand un jour, la plus douce des fées apporta un présent à mon petit Poussin : un doudou Pingouin. 
Ce jour-là je vis bien qu'elle déploya toute sa magie pour me venir en aide, car dès que Petit Lutin découvrit son cadeau, ses yeux débordèrent littéralement d'amour et il fit à son nouveau compagnon le plus tendre des câlins. Un authentique coup de foudre venait d'avoir lieu.

Plus tard, lorsque je le couchai, je lui donnai cette charmante peluche. L'enchantement fonctionna pareillement : Petit Lutin prit le doudou dans ses bras, réitéra son câlin d'amour, se tourna sur le côté et ferma les yeux. Il semblait pratiquement me dire "c'est bon, tu peux partir !".
J'en restai sans voix ! Il fallait être là pour le croire ! (je jure que je n'exagère pas ma description).

Le miracle fut renouvelé à chaque dodo, chaque sieste (Alléluia !).
J'en profitai par la suite pour remettre solennellement à cette gentille fée le Prix Nobel de la Paix... 

Dès que Petit Lutin sut articuler quelques syllabes, il baptisa son ami "Koukou" (déformation de "Doudou", je présume).

Face à tant d'adoration, je décidai, au bout de quelques mois, d'acheter un clone de Koukou; car la seule idée de perdre de quelque façon que ce soit ce précieux palmipède, me donnait des sueurs froides. 
Je finis par le dénicher sur un site canadien, et le fis venir tout droit d'Amérique.

Les premiers temps, je le cachais et l'utilisais seulement ponctuellement, lorsque Koukou partait se savonner dans la machine à laver. 

Mais on ne trompe pas un Lutin longtemps, et bien vite, mon garçon comprit qu'il y avait deux Koukous. Il réclama alors d'avoir les deux, et dans un moment d'égarement, je cédai.

Petit Lutin lui donna - avec une logique indiscutable - le nom de "Encore Koukou".
Il était parfaitement capable de distinguer les 2 jumeaux, ce qui, en toute franchise, n'était pas du tout notre cas (Nous mîmes des mois à y arriver).

Par la suite, mon mari rapporta de voyage un petit spécimen qui devint "Petit Encore Koukou", auquel s'ajoutèrent par la suite (tenez-vous prêts) : "Gaspacho" (un papa pingouin-kangourou), son bébé "Gaspatiss" ("qui est triste car il n'a pas de bras et pas de jambes"), "Papi Koukou" (le très dodu), "Mamie Koukou" (rétro-kitsch), "Grand frère Koukou", "Trois-ans Koukou", "Quatre-ans Koukou" (qui émet un petit piaillement), "Sachet de Koukou" (le plus grand de tous), son fils "Chochotte", "Koukou sac-de-billes" (que vous connaissez), "Koukou bizarre" (rond comme une boule), et enfin "Koukou Coussin".

Je me dois de préciser que face à cette invasion, Grand Lutin ne voulut pas se trouver totalement de reste, et réclama un jour son propre spécimen; dès lors, "Koukou voisin", qui habite dans un igloo, fit son entrée... 

(De gauche à droite) Grand frère Koukou, Gaspacho & Gaspatiss (dans la poche ventrale), quatre-ans Koukou au premier plan; juste derrière, le grand Sachet de Koukou et son fils Chochotte; au centre : Koukou & Encore Koukou, devant lequel se trouve Koukou Voisin et son igloo; à droite, Papi et Mamie Koukou. A l'arrière plan : Petit Encore Koukou, Koukou Bizarre, Trois-ans Koukou
Horreur ! Je réalise soudain en écrivant cette légende que Koukou Sac de Billes et Koukou Coussin manquent à l'appel !!! Je me perds dans cette profusion de Koukous...
Je me dépêche de les rajouter ci-dessous.


On n'est pas si loin du livre "365 pingouins" (où une famille reçoit par la poste un pingouin chaque jour, ce qui finit par poser de sérieux problèmes !!!).

Ainsi, nous voyons des pingouins partout : Doudous évidemment, livres, DVD (connaissez-vous "Perdu ? Retrouvé !" Il est génial !), sac de billes, figurines en pâte à sel réalisées par nos soins... (je vous assure que la liste n'est pas exhaustive)... et que sais-je ? 

Hé bien le croirez-vous ? Depuis des mois Petit Lutin me réclame un nouveau Koukou, que je dois lui confectionner !!!

Je viens de le terminer et suis heureuse de vous le présenter.


 
J'ai fait de nombreuses recherches sur internet pour trouver un patron de pingouin, mais je dois dire que rien ne m'a plu. 
Alors je me suis résolue à le confectionner moi-même. 
N'ayant absolument aucun talent en arts plastiques (à mon grand dam !), j'ai eu l'idée de m'inspirer du design de Léon, le très mignon héros de quelques livres d'Emile Jadoul (à recommander chaudement aux plus petits).  

J'ai réalisé ce nouveau "Koukou" en polaire pour qu'il soit très doux, avec de la feutrine pour le bec et les pattes. Les yeux sont brodés au point lancé. 
Il mesure environ 40 cm. C'est un grand costaud, prêt pour les câlins !

 
Je me demandais un peu comment ma machine allait réagir face à l'épaisseur de la polaire, mais tout s'est très bien passé et cette dernière fut très agréable à travailler. 
Le seul inconvénient est que le tracé du patron "bave" un peu sur le tissu duveteux, mais comme il y avait de grandes pièces et des formes peu complexes, ce ne fut pas gênant. 


J'ai également eu peur de m'être montrée trop hardie pour avoir rembourré les bras, car cela a créé 2 énormes bosses intercalées entre les 2 pièces de tissu du corps, rendant la couture finale plus délicate. Mais là encore, tout s'est bien passé. Ouf !
Sinon, je me suis une nouvelle fois essayée à la pratique de la couture d'un l'appliqué (au point zigzag) pour le visage. J'essaie d'apprivoiser cette technique qui ne m'est pas encore très familière. 

Ah ! Sinon... J'ai oublié de vous dire que les koukous mangent exclusivement du "poisson glacé", barbotant dans les eaux polaires. Aussi ai-je réalisé quelques sardines en complément de mon cadeau (modèle Tilda). 
Les yeux sont faits à partir de sequins associés à des perles de rocaille métallisées.




Maintenant, la grande question qui me taraude est : 

... Quel nom farfelu Petit Lutin va-t-il encore bien pouvoir inventer ???!!! 

 Modèle de sardine issu de "Le coffre à jouets de Tilda" de Tone Finnanger
 Crédits photos finale : http://www.felicityfrench.co.uk/index.html 

 

mardi 19 décembre 2017

Marque-pages (3e fournée)

 
Des fleurs Tilda par bouquets

Chaque année, en même temps que les biscuits de Pâques ou de Noël, je prépare une fournée de marque-pages, car ce sont des petits cadeaux très appréciés ; et puis ils sont un peu ma marque de fabrique puisque je les ai créés de toute pièce.

J'en suis donc à la 3e déjà !

Je vous les présente rapidement. 






Spécial Noël



 
Liberty sans modération

Spécial acrobates et petits Rats (Tissu Tilda)

Un peu de printemps (Tissu Tilda)

Pour ceux qui seraient tentés par l'expérience, voici comment je procède (désolée je n'ai pas pensé à prendre des photos du pas à pas. J'espère que ce sera clair):

Fournitures :
 - tissus variés (soignez le choix des tissus pour un rendu magnifié)
 - rubans assortis (0.3 mm de largeur)
 - breloques
 - perles (j'utilise des perles en verre)
 
Mon patron mesure 15 x 4 cm. 
A 12,5 cm, il faut faire partir 2 lignes obliques vers le centre pour former la pointe.
Prévoir une marge de couture.

Une fois le patron reporté sur un tissu plié en 2 (endroit contre endroit, comme il se doit), on colle une viseline thermocollante sur une des faces (côté envers of course). Cela permet de donner de la tenue au marque-page. 
Si on utilise un tissu très fin type liberty, on peut même en coller sur les 2 faces. Cela ne facilité pas l'étape du retournement, mais donnera par contre un résultat plus maîtrisé.
Attention si les motifs de votre tissu ont un sens (comme sur les marque-pages "cirque" avec l'acrobate et l'éléphant): il faut veiller à ce que les 2 pans soient correctement orientés.

Découper un ruban (environ 11-12 cm). Enfiler les perles sur celui-ci puis insérer la breloque en faisant dépasser le ruban de quelques centimètres à l'arrière.

Faire une petite couture sur le ruban pour emprisonner les perles (de part et d'autre de la breloque). Remettre les perles en place pour cacher la couture, et faire un nœud, qui évitera aux perles de se "promener" sur le ruban.

Faire un petit repère au stylo sur le haut du marque-page pour marquer le centre. Cela permettra de centrer correctement le ruban.

Faire le montage : positionner les tissus endroit contre endroit et insérer le ruban entre les 2. Épingler.

Coudre soigneusement les contours en laissant une ouverture de 3 cm environ sur le côté. (Si on ne fait pas quelque chose de bien rectiligne, cela se voit).
Faire une couture renforcée en haut, au niveau du ruban, pour l'arrimer solidement.
Faire bien attention de ne pas prendre le ruban dans la couture sur le côté (cela arrive même aux meilleurs 😉).

Le cas échéant, recouper la marge de couture pour la réduire et obtenir un résultat soigné. 
Couper soigneusement au niveau des angles.
 

Retourner. Utiliser une aiguille à tricoter ou une pique pour faire apparaitre les angles.

Repasser.

Découper un mince rectangle de viseline double-face d'une taille proche de la longueur de l'ouverture, et l'insérer à plat dans cette dernière, sur le bord. 
Repasser sans vapeur.
Cela permet de donner l'impression que le marque-page est entièrement cousu de l'intérieur. On peut aussi refermer l'ouverture aux point invisibles, mais pour ma part je trouve que cela est plus... visible.
 
C'est fini ! 😃


Je n'aurai pas le temps de confectionner d'autres choses d'ici Noël ou même le Jour de l'An, je pense (j'ai l'impression d'être sur un toboggan qui glisse vers le 24 décembre ! Il y a encore plein de choses à faire pour être au point !).

Aussi permettez-moi de vous souhaiter de très joyeuses fêtes de fin d'année, placées sous le signe de la magie, l'abondance et la sérénité 🎅🎄🎇




Crédit pour le visuel du sapin: http://www.felicityfrench.co.uk/index.html

 

mardi 5 décembre 2017

N'oublie pas mon petit soulier (Bottes de Noël)



Nous voici déjà en décembre, et Noël se profile à l'horizon !

Comme chaque année, je me suis lancée dans la confection d'une décoration.
Les précédents Noël, je m'étais frottée à un bonhomme de neige, des boules, un sapin en tissu et des suspensions en forme de cœur

Cette fois j'ai eu envie de confectionner des bottes de Noël, très populaires dans la culture anglo-saxonne, et destinées à recevoir des friandises ou de petites surprises.

Mine de rien, il n'a pas été si facile de dénicher un modèle qui me convienne : A mon sens, les formes de celles qu'on trouve communément sur internet ou même dans les livres Tilda, manquent souvent d'harmonie (dans les Tilda elles me semblent trop grandes et longues); et quant à la déco, on peut dire que beaucoup glissent facilement vers le kitsch !

Mais j'ai fini par jeter mon dévolu sur un modèle dont j'ai apprécié les proportions et la sobriété très "shabby chic", grâce notamment à l'utilisation du lin.  

En voici ma version, déclinée en 2 couleurs :



 Les bottes sont doublées, pour plus de tenue et une meilleure finition.


Cet ouvrage est très facile à réaliser et il permet d'exprimer sa créativité comme on le souhaite. 
Pour ma part, ayant utilisé des tissus déjà très décoratifs, j'ai opté pour la sobriété et n'ai pas rajouté de customisation autre que le croquet. J'ai eu peur que cela surcharge l'ensemble et que le "plus" devienne dans ce cas l'ennemi du bien.
J'espère qu'elles vous plaisent !

A présent il ne reste plus qu'à acheter les friandises !